La Pommerie – les forêts

La Pommerie – Mars-Décembre 2018

EDITION : En souvenir d’un temps qu’il nous reste à invente

Les forêts sont habitées, représentées, elles abritent de nombreuses sociétés humaines, non humaines, des entités de toutes formes. La forêt est multiple. La forêt échappe à la civilisation, est exploitée par l’Homme, elle est l’endroit de tous les commencements… L’édition En souvenir d’un temps qu’il nous reste à inventer présentera la complexité d’une forêt et ses différents modes de représentations à travers les expériences de pensées, de différents acteurs, enquêtés sur le territoire (forestiers, philosophes, agriculteurs, paysagistes, sociologues, maire de village, voisins), nous pourrons alors découvrir les multiples visages de la forêt du limousin. Les voix de la forêt parleront autant de sa condition de forêt industrielle, que de sa beauté, de sa pauvreté en biodiversité, de sa perte d’imaginaire, de récits prospectifs, convoquant des paysages à venir.

OUTILS CONVIVIAUX – ambiance bois – ferme de Lachaud

Les liens entre les Humains et la nature se racontent, se voient. Il faut pouvoir déchiffrer les indices qui exposent la présence autant laissée par les animaux que celles anthropiques, sur les arbres du limousin. La forêt s’humanise, s’incarne à travers ses codes graphiques. Nombreux et variés, ils diffèrent en fonction de qui est en gestionnaire. Allant du bleu, au jaune, au blanc, au rouge, au noir, à l’orange, et vert, les règles sont différentes pour les uns et pour les autres. De manière général les couleurs chaudes désignent les arbres à abattre, alors que les couleurs froides sont utilisées pour ceux à préserver (arbres écologiques, arbres remarquables, etc.)

Cette installation – mobilier – se constituera d’assises en bois utilisant les formes des différents marquages (des croix, des cercles, des bâtons, des zigzag). Comme une manière de figurer les différents langages employés par les uns et par les autres, ce mobilier ressemblera aux rapports que l’on entretient avec la forêt. Le débat peut ainsi continuer. Si on considère que toutes les actions humaines et les relations se font par le biais d’outils capables d’influencer nos rapports sociaux, ainsi que notre rapport au monde, cette pièce peut alors être considérée comme un outil dit « convivial ». (Ivan Illich)

DEBATS FILMÉ : avec la participation de différents acteurs

Cette troisième étape permettra d’inviter différents acteurs du territoire et quelques invités extérieurs spécialisés dans le lien que l’on entretient avec le paysage, la nature, sa préservation, les usages que l’on en fait…à l’heure de l’Anthropocène (SarahVanuxem, Antoine Gatet, un-e historienne des forêts, Emelyne Faure (forestière), un-e peintre en paysage du limousin, une classe du lycée forestier..).